Je comprendsClose

Ce site web utilise des cookies pour d'analyse, du contenu personnalisé et des annonces. En savoir plus

L'ampoule inusable, une catastrophe économique ?

Alors qu'au siècle dernier, les ampoules à incandescence avaient encore une durée de vie moyenne de 1 000 heures, ce chiffre peut facilement être multiplié par dix pour les ampoules économiques d'aujourd'hui. Les tubes fluorescents peuvent également tenir plus d'une dizaine de milliers d'heures. Et avec leur durée de vie de 50 000 heures, voire plus, les ampoules LED « s'usent encore moins vite », si c'est possible.

Comment le secteur des ampoules fera-t-il pour survivre si cette tendance se poursuit et qu'il ne faut plus, ou presque plus, remplacer les ampoules à l'avenir ? Ce phénomène porte un nom : la socket saturation, ce qui signifie que le succès commercial des ampoules (LED) durables nuit à la vente d'ampoules dans son ensemble.

Peut-on continuer à faire tourner une usine d'ampoules si celles-ci durent « une éternité » ? Il n'existe pas encore de réponse toute prête pour compenser ce déclin dans la vente d'ampoules, comme l'a récemment constaté l'auteur et journaliste canadien J. B. MacKinnon : on continue à chercher un modèle d'entreprise à la fois solide et attrayant pour les ampoules qui durent longtemps, même si on voit apparaître en marge du secteur de l'éclairage des tendances qui vont quand même quelque peu dans cette direction...

Tendance 1 : la lumière, un service

Vous n'achèterez bientôt plus de machines à laver Miele, mais des seances de lessive  : tel était le titre d'un article paru dans un grand journal néerlandais sous la – nouvelle ? – rubrique dédiée à l'« économie circulaire ». L'article Pourquoi Philips ne vend plus d'ampoules est dans la même idée. MacKinnon prend comme exemple l'entreprise irlandaise UrbanVolt qui propose l'éclairage aux établissements horeca, centres commerciaux et autres comme un service. Grosso modo, l'arrangement se présente comme suit : UrbanVolt vient équiper gratuitement tous les éclairages d'ampoules LED de qualité et assume pendant cinq ans tous les frais d'entretien. Elle reçoit en échange, pendant une période de cinq ans également, un pourcentage donné sur les économies considérables ainsi réalisées sur la facture énergétique de l'établissement horeca ou du centre commercial en question.

Tendance 2 : des LED dans les gadgets utiles

Une nouvelle tendance qui tente d'apporter une solution rationnelle à la durée de vie toujours plus longue des ampoules est la « gadgétisation ». L'idée n'est plus de vendre des ampoules à proprement parler, mais d'intégrer les LED dans des gadgets, leur apportant ainsi, d'une manière ou d'une autre, une plus-value.

Quelques exemples de cette tendance sont les LED présentes dans les kits de sécurité pour les cyclistes, dans les accessoires d'ambiance pour les chambres d'enfant, etc. Cette approche présente un atout commercial supplémentaire : tout comme pour leurs smartphones ou leurs téléviseurs numériques, les consommateurs voudront (toujours) se procurer tous les tant de mois une version plus perfectionnée de ce type de solutions lumineuses. Il s'agit d'un modèle important, aux États-Unis notamment, qui permet aux « fournisseurs d'éclairage » de maintenir malgré tout la durée de vie des ampoules dans des limites commercialement intéressantes.

Votre ampoule économique, votre LED ou votre tube fluorescent ne fonctionne plus ? Déposez-les au parc à conteneurs ou dans votre Point de Recyclage local.

esc